Une passion tardive, mais bien ancrée

La passion de ma mère pour le jardinage est venue à la fin de ses 40 ans. Elle eut un coup de foudre pour les Saintpaulias après en avoir reçu six en cadeau par son cousin. Au début, elle les trouvait difficile à cultiver. Finalement, sa collection prit une telle ampleur qu’elle engloba plusieurs serres, sans parler de tout ce qu’il y avait dans la maison. Sans parler de la salle de bain où on retrouvait une multitude de boutures de feuilles. Elle y a passé de nombreuses heures. Et quand on n’arrivait pas à la trouver, on pouvait parier n’importe quoi qu’on la trouverait dans l’une de ses serres, en train prendre soin et de parler à ses « petites amies ».

Mme Mather avec deux de ses filles,

Vivien et Caroline


 

Mais un jour, après avoir lu un article intéressant, elle décida de faire une petite expérience qui, malheureusement, mena à la destruction complète de sa collection. Une fois, en vue de cette expérience, nous sommes allés en safari à Samburu Game Reserve qui est réputé pour ses nombreuses populations d’éléphants. Elle pourrait y trouver de grands et succulents tas de fumiers d’éléphants afin de mettre à l’exécution cette expérimentation. Elle en remplit deux sacs et les posa à l’arrière de la camionnette. Sur le chemin du retour, nous avons pris deux jeunes auto-stoppeurs américains pour les déposer à Nairobi. Dans le miroir du conducteur, je pouvais voir les deux jeunes se pincer le nez, demandant d’où venait cette horrible odeur derrière eux.

 

Silva était une grande communicatrice et s’est fait de nombreux amis avec ses violettes partout dans le monde. Certains d’entre eux sont même venus la visiter.

 

Vivien Mather Eakin