Extraits du livre

Cette section est conçue uniquement dans le but de vous donner une meilleure idée

du vaste contenu du livre, de sa présentation, ainsi que de sa couleur littéraire.

 

© S.V.P. ne pas reproduire ces extraits sans autorisation. ©

Merci de votre respect pour le droit d'auteur.

CHAPITRE 1


Section 1.2 L'histoire de la violette africaine, du XIIIe siècle à aujourd'huiExtrait d'une lettre provenant du baron Ulrich von St Paul-Illaire, le père du baron Walter, et adressé à M. C.B. Clarke.

Cher monsieur,

Mon ami, M. Wendland de Herrenhausen, m'a dit que vous désiriez obtenir des détails au sujet de S. ionantha. La plante elle-même ne vous est pas inconnue, les fruits que vous avez dû recevoir dans l'intervalle par Wendland, dont quelques-uns ont été envoyés plus tard par M, Benary, à qui a été vendu le matériel.(...) La seconde localité est une forêt vierge d'Usambara, semblable aux situations précédentes, mais en plus, sur des rochers de granite à environ 880 mètres au-dessus du niveau de la mer. (...)

 

Photo : Baron Walter von St Paul, 1932. Offerte par Mr Wilfried Füllert, arrière-petit-fils du Baron St Paul. (Tous droits réservés ©)


 

Section 1.4 Les forêts tropicales, terres d'origine de la violette africaine

Les exploitations qui durent depuis des décennies sont aussi responsables de la disparition de ces richesses et de ces trésors inestimables. Aujourd'hui ce sont les cultures industrielles et les pâturages qui ont remplacé les coupes qui ont jeté à terre ces forêts. Chaque année, on compte entre 160 000 et 200 000 km2 de superficie, disparue en fumée (...)

CHAPITRE 2


Les espèces du genre Saintpaulia - Introduction

L’espèce la plus près de la violette africaine est probablement celle que l’on appelle « Primerose africaine, Streptocarpus », et que l’on retrouve à l’Est et au Sud de l’Afrique.

Elle diffère de la violette africaine par son fruit tordu. « Strepto » pour tordu et « Carpus » pour fruit. Cette plante, généralement à couronne unique, a de longues feuilles et des fleurs en forme de trompette. Trois de ces espèces furent décrites en 1967 et seraient les spécimens qui se rapprocheraient le plus de la violette africaine. La fleur plus ouverte du Streptocarpus est un autre point qui la démarquerait de la violette africaine.

Photo : Streptocarpus « Paper Moon » — F. Pilon©

 


Section 2.6 Description des espèces et des clones selon la dernière liste approuvée en janvier 2009 - Extrait de la description de l'espèce 5b. cl. confusa.

 

Pour chacune des espèces décrites dans le livre, vous trouverez les informations suivantes :

Prononciation : kahn-few-sah

Signification du nom : confuse et incertaine

Régions : Au nord des Montagnes Ouest d’Usambara (Iverson, 1987), Montagnes Nguru, Montagne Kanga, et Montagne Gombelo (source : S.T. Baatvik, Av. 1987, 1 150 m (3 740’)

Altitude : entre 900 m et 1 050 m (2 950’ - 3 440’)

Année de découverte : 1891 par Baron Walter von St. Paul

Description : 1956, B.L. Burtt

Photo : 5b. cl. confusa — F. Pilon©


CHAPITRE 5


L'hybridation

Section 5.1 La technique

Généralement au bout d’une semaine ou deux, vous verrez l’ovaire commencer à grossir.  Au fur et à mesure que la capsule mûrit, les pétales de la fleur vont sécher et quelquefois tomber. Il n’y a aucun problème à les laisser si elles ne tombent pas d’elles-mêmes.

 

À cette étape, la capsule est à son maximum et d’un beau vert tendre. C’est à cet instant précis qu’il vous faudra utiliser votre outil le plus précieux… votre patience! En effet, il faut en moyenne à une capsule pour mûrir, entre six et neuf mois avant de pouvoir la semer.

 

Pour en connaître un peu plus sur le sujet, consultez la section hybridation du site.


CHAPITRE 6


6.1 Les violettes africaines rampantes

 

Tout comme les couronnes uniques, nous trouvons chez les rampantes des variétés standards, semi-miniatures, miniatures, et des petites miniatures ou micros.


Les micros rampantes sont, tout comme celles des couronnes uniques, plutôt rares. Il en existe cependant de très belles variétés et faciles à cultiver.

 

La taille des micros impressionne autant les amateurs de violettes africaines que le grand public, comme le démontre cette photo où l'on peut voir S. rupicola, une espèce standard de type rampant et Little Chippery Trail, une micro rampante.


CHAPITRE 7


Les expositions

 

Introduction

Pour ceux qui n’ont jamais vu d’expositions de violettes africaines, c’est un spectacle inoubliable qu’il faut absolument voir au moins une fois dans sa vie. Vous en resterez sans voix!

 

7.2  Pour se familiariser avec les expositions

Une exposition peut contenir jusqu’à quatre divisions selon l’importance de l’organisme qui la met sur pied. Une division Horticulture amateur, une division Créativité, une division des Stands spéciaux et une division Horticulture commerciale. La photo ci-contre est un exemple d’un contenant inusité ou décoratif dans la division horticulture.

 

Pour voir d'autres photos concernant les expositions, consultez la section Expositions. Et pour savoir comment les plantes sont jugées dans ces expositions, voir l'onglet Jugement d'une exposition dans la section Expositions.